Le Mashrabiyya – مشربية

Le mashrabiyya مشربية, également appelé shanshūl (شنشول) ou rūshān (روشان), est un élément architectural traditionnel du monde arabe utilisé tant dans les bâtiments publics que dans les résidences privées, constitué de caillebotis en bois capables de garantir un bien-être intérieur thermo-hygrométrique.

Cet élément architectural particulier joue le rôle de fenêtre. Il s’agit plus précisément d’une grille insérée entre des loggias et des balcons et a été utilisée dans le but de pouvoir faire pivoter la vue hors de chez soi, sans possibilité de voir l’intérieur depuis la rue. C’était un système conçu pour protéger la sphère familiale, mais aussi du soleil, en gardant une zone ombragée à l’intérieur.

Ce tissage en bois rectangulaire a été finement sculpté à l’intérieur selon un motif géométrique et / ou floral précis, placé au deuxième étage de la maison ou en tout cas aux étages supérieurs.

Étymologie

L’origine du mot mashrabiyya n’est pas claire, mais il existe deux théories prédominantes.

La première est qu’il s’agit d’une variante du mot mashrafiyya, qui dérive du verbe ashrafa, à observer. Avec le temps et l’assimilation de locuteurs non arabes, le mot aurait évolué pour devenir ceux que nous connaissons aujourd’hui.

La deuxième théorie soutient plutôt qu’il s’agit d’une dérivation de la racine tronçonnique Š-R-B, shariba, bere, en référence à la pièce dans laquelle il était habituel de prendre le thé.

Cela semble être la théorie la plus reconnue, soutenue par le célèbre architecte Hassan Fathy, éminent dans le domaine de l’architecture arabe typique, car c’est grâce à lui que l’Egypte a retrouvé un vif intérêt pour le mashrabiyya au cours du siècle dernier et lui doit le mérite de l’avoir fait savoir dans le monde entier.

Áge

Les premières fenêtres sculptées en mashrabiyya datent du XIIe siècle environ dans la région de Bagdad, pendant la période de la dynastie des Abbassides, mais elles traversent les siècles qui se sont succédé jusqu’au milieu des années 1900, où elles seront perdues à la suite du programme de modernisation qui a traversé le monde arabe. dans la première décennie du vingtième siècle.

Géographie

Ce système particulier de ventilation passive s’était développé dans la région du Levant, dans le Machrek et au Maghreb, en particulier en Iraq, en Iran, dans le Hejaz et en Égypte. Bassorah est même connue comme la ville des Shanashils, grâce à plus de 400 bâtiments traditionnels.

Ambiance mille et une nuits

La tendance islamique à éviter de reproduire des images rappelant des êtres vivants comme des animaux ou des êtres humains, dérivant de certains hadiths du prophète (Paix soit sur lui), a fait ressentir aux Arabes le besoin de développer leur propre art. par d’autres moyens, considérés plus légitimes; ce qui a abouti à la conception de formes géométriques complexes et de motifs floraux, qui, en plus de la décoration, donnaient à la fois une atmosphère de lumières et d’ombres, typique de notre imagination occidentale, de mille et une nuits.

Design, fonctionnalité, durabilité

Le mashrabiyya est un appareil de ventilation naturelle forcée, avec des ouvertures plus larges dans la partie supérieure et plus étroite dans la partie inférieure. De cette façon, l’air passe à travers le réseau à une vitesse différente, permettant un déplacement important mais harmonieux de l’air.

La surface du bois sculpté accélère le passage du vent, augmentant la sensation de bien-être dans l’environnement intérieur, assurant ainsi la fonction de climatiseur, à laquelle s’ajoutent des bocaux posés au sol, permettant à l’air de refroidir au passage.

En plus des bassins et des assiettes pleines d’eau, le contact même avec des surfaces humides génère un bon degré de refroidissement par air. La grille sculptée accélère le passage du vent.

Les fonctions d’un mashrabiya sont différentes et varient en fonction de la densité de la parcelle, qui peut être plus ou moins épaisse, de la hauteur de l’écran et de l’endroit où elle est placée.

Les caractéristiques techniques fondamentales sont donc: filtrer la lumière et contrôler le flux d’air, ce qui permet de réduire la température et d’augmenter l’humidité. Dans cette opération, le bois joue un rôle décisif, capable d’absorber et de libérer de l’eau, de manière à réguler l’humidité des pièces.

C’est surtout la nuit que se fait le recyclage de l’humidité. L’air passe à travers la grille en bois, ce qui donne de l’humidité au bois qui le retient jusqu’au soleil. Avec le soleil, le bois libère l’humidité accumulée pendant la nuit au profit des conditions climatiques internes.


Aujourd’hui, le mashrabiyya est un système architectural fonctionnel doté d’un grand esprit de durabilité, apprécié en tant qu’élément de style et d’élégance, non seulement au Moyen-Orient mais de plus en plus en Europe et dans le monde.
Atténuer les températures extérieures élevées de manière tout à fait naturelle, protéger la vie privée de la famille et donner à la maison une touche décorative produisant un impact visuel important, est ce qu’il y a de mieux aujourd’hui!

Mahrabiyya in the Dj Snake, J.Balvin, Tyga – Loco contigo video